45 JEUNES DIPLOMES RENSEIGNES SUR LE VOLONTARIAT
3 juillet 2018
SEANCE D’INFORMATION ET DE PARTAGE AVEC LES STRUCTURES EN ATTENTE D’ACCUEILLIR LES VOLONTAIRES
26 avril 2018

LES JEUNES ENTREPRENEURS DE LA PREFECTURE DE YOTO SENSIBILISES SUR LE DISPOSITIF D’APPUI TECHNIQUE ET FINANCIER DU FAIEJ

L’ONG PASYD a organisé en collaboration avec le Fonds d’Appui aux Initiatives Economiques des Jeunes (FAIEJ), un atelier de sensibilisation des jeunes de la préfecture de Yoto sur le dispositif d’appui technique et financier du FAIEJ ce jeudi 06 juin 2018 à Tabligbo.

Sensibiliser les jeunes entrepreneurs sur la culture entrepreneuriale et le dispositif d’appui technique et financier tout en mettant à leur disposition le dossier de candidature et en les assistant dans le remplissage et la constitution de leurs dossiers, fait partie des engagements de l’ONG PASYD en tant que guichet d’enregistrement et d’orientation des jeunes vis-à-vis du Fonds d’Appui aux Initiatives Economiques des Jeunes (FAIEJ) au regard de la convention d’agrément qui lie les deux partenaires.

C’est pour honorer cet engagement qu’une équipe de l’ONG PASYD conduite par le responsable du département entrepreneuriat Monsieur Komi KOUTONE s’est rendue à Tabligbo pour entretenir les jeunes entrepreneurs de la localité. C’est le Secrétaire général de la préfecture de Yoto, Monsieur Anatole AKAYI-GUEDZE qui a ouvert la séance, en présence de la représentante préfectorale du FAIEJ, Madame Juliette DEKPE ALOUFA.

Les interventions de l’équipe de PASYD ont porté essentiellement sur les cinq 5 principales caractéristiques de l’idée entrepreneuriale qui sont : l’existence d’un besoin, la connaissance du marché, la rentabilité de l’idée, la compétence du promoteur et le financement du projet. C’était aussi l’occasion de prodiguer d’utiles conseils aux participants. Monsieur KOUTONE a attiré l’attention des participants sur l’importance de la maitrise des activités, et la nécessité pour les artisans d’innover, en mettant sur le marché des créations originales. Pour Madame DEKPE ALOUFA, le manque de créativité des artisans empêche la croissance de leurs ateliers et donc la faible valeur ajoutée à leurs produits sur le marché.

Les questions des participants et les débats qui ont suivi, ont permis d’éclaircir davantage la problématique de l’entrepreneuriat. C’est sur une note de satisfaction générale que la séance a pris fin.