Synthèse des actions réalisées, des résultats/effets et des impacts

Actions/objectifsPériodeLieuRésultatsEffets Impacts
Appui à la création et au développement d’entreprises jeunes2007 – 2016Région Maritime : les 07 préfectures

  • Six cent trente (630) jeunes ont été formés sur la création et la gestion des entreprises;

  • Environ 400 entreprises créées.




  • Deux cent soixante-cinq (265) entreprises créées ont dépassé 3 ans sur le marché ;

  • Mille sept cent soixante- quatre (1764) emplois directs créés;

  • Au moins 1764 personnes sont sorties du chômage et ont acquis un revenu;

  • Environ 5000 emplois indirects créés.


  • Inclusion des groupes marginalisés dans la vie économique, sociale et financière nationale;

  • Contribution des entreprises au PIB national avec les impôts directs et indirects;

  • Réduction du chômage et du sous-emploi grâce à la création des emplois directs et indirects.


Appui à la création et au développement des sociétés coopératives et pré-coopératives2013- 2016Région Maritime : les 07 préfectures

  • Cent dix-neuf (119) sociétés coopératives ou pré-coopératives formées et accompagnées appuyés dans le besoin de structuration;

  • Mille deux cent dix (1210) membres directement bénéficiaires de formation et d’assistance technique ont amélioré leurs productions ;

  • Trente-cinq (35) Sociétés coopératives ou GIE ont obtenu des crédits et sont accompagnés dans la mise en œuvre de leurs activités.



  • Les 1210 membres des coopératives encadrées ont augmenté leurs revenus;

  • Les 35 GIE, soit 100% ont augmenté leur production de 71%;

  • Trente-cinq (35) Groupements d’intérêt économique (GIE) sont mutés en sociétés coopératives suivant les dispositions de la loi de l’OHADA;

  • Les revenus des membres des 35 GIE et les ressources de ces derniers ont accru de plus de 50%.



  • Inclusion des groupes marginalisés dans la vie économique, sociale et financière nationale ;

  • Les bénéficiaires investissent plus dans la qualité de vie (soins médicaux, nutrition, éducation) de leurs familles (ex : enfants) qu’avant l’intervention de PASYD ;

  • Réduction du taux de morbidité et de mortalité dans les couches sociales vulnérables.


Appui aux populations locales dans l’installation et la gestion des Plateformes Multifonctionnelles (PTFM) 2011 - 2016Région Maritime : 7 préfectures : 30 villages enclavés

  • Trente (30) PTFM sont installées comme des entreprises rurales et sont devenues fonctionnelles ;

  • Cent quatre-vingt (180) membres de 30 groupements d’intérêt économique (GIE) dont 110 femmes sont accompagnés dans l’exploitation et la rentabilisation des PTFM comme des entreprises;

  • quatre-vingt-douze (92) femmes issues de 14 GIE exercent des activités génératrices de revenus supplémentaires autour des PTFM



  • Cent quatre-vingt (180) membres de groupements coopératifs ont amélioré leurs revenus;

  • Les populations de 30 villages bénéficiaires et 200 villages environnants ont accès à des services énergétiques de base et réalisent des gains de temps dans l’accès au moulin et utilisent des services énergétiques pour la transformation des produits agricoles et la communication.



  • Contribution à l’autonomie financière des femmes et à l’amélioration du leadership féminin à travers l’accès des femmes à des postes de décision dans les coopératives. La présidence de chacun des 30 GIE exploitants de PTFM est assurée par des femmes;

  • La production agricole a augmenté dans l’ensemble des villes bénéficiaires des PTFM;

  • Inclusion économique de la femme.


Comme le montre le tableau ci-dessus, l’ONG PASYD a mené des activités de promotion de l’entrepreneuriat auprès de différentes cibles conformément à son axe « Amélioration de revenus des populations pauvres et vulnérables »./p>

Les activités de promotion de l’entrepreneuriat que l’ONG a menées avec les diplômés sans emploi et les chômeurs ont permis à ces derniers d’avoir accès aux revenus. Tous les jeunes entrepreneurs choisis au pif dans l’échantillon de notre étude ont affirmé avoir tiré profit de l’encadrement de PASYD. Ils ont tous créé des petites entreprises et sont tous à leur compte. Nous en avons visité au total 50. Cécile NOUGBOLO, une Restauratrice a déclaré ceci : « Avant, je n’avais pas confiance en moi et ne faisais que chercher d’emploi. Depuis ma formation en entrepreneuriat, j’ai pu créer un restaurant. Au début j’attendais que les clients viennent manger chez moi. J’en avais 4 à 6 par jour. Avec l’appui de PASYD, je vais moi-même chercher directement des clients dans les petites entreprises qui m’entourent (agences de banque, microfinance, magasins etc…) et tout va bien maintenant. J’accueille 30 - 50 clients par jour et je développe le service-traiteur ».

La promotion de l’entrepreneuriat auprès des artisans a permis à beaucoup de ces derniers de créer des entreprises ou de transformer leurs ateliers en entreprises. La différence observée auprès des jeunes artisans devenus entrepreneurs réside en grande partie dans l’état d’esprit avec lequel l’artisan aborde l’exercice de son métier. Ceux d’entre eux qui avaient déjà créé un atelier ou exerçait leurs métiers à la maison avant l’appui de PASYD ont affirmé unanimement qu’ils géraient leurs métiers dans la naïveté et dans la passivité. Cette façon de faire ne leur permettait pas de gagner leur vie. Ils affirment que ce qu’ils ont acquis le plus, c’est l’agressivité c’est-à-dire la provocation du marché avec la proposition de produits innovants. Emmanuel YAKPE, un jeune chaudronnier a dit : « Si, le marché ne vient pas, j’irai vers le marché. Je ne manque plus d’activité depuis que j’ai compris et mon chiffre d’affaires a plus que doublé.».

L’appui apporté aux groupements d’intérêt économique et aux coopératives ont permis aux bénéficiaires d’améliorer leurs revenus. Dans le cas des artisans dont certains avaient déjà des ateliers avant de bénéficier des programmes de PASYD, beaucoup de témoignages ont été reçus concernant l’amélioration des productions et des revenus.

L’ONG a également, en collaboration avec l’Etat appuyé une trentaine de communautés villageoises avec l’installation de Plateformes multifonctionnelles (PTFM). Dispositif de fourniture d’accès aux services énergétiques de base, la PTFM est une entreprise sociale qui est exploitée par un groupement coopératif comme une entreprise dont les bénéfices contribuent à améliorer les conditions de vie des exploitants tout en apportant des perspectives de nouvelles activités économiques dans les communautés. La mise en place des PTFM a effectivement contribué à améliorer les revenus des villageois et de meilleures conditions de vie dans les communautés bénéficiaires.

Actions/objectifsPériodeLieuRésultatsEffetsImpacts
Appui à la structuration des communautés locales (organisation structurelle élaboration de Plans Locaux de Développement (PDL)) 2009 - 2012Seize (16) communautés villageoises accompagnées.
Région Maritime : 11
Région des Plateaux : 05

  • Seize (16) villages organisés en associations villageoises et accompagnés dans l’élaboration de plans locaux de développement;

  • Cent quatre vingt deux (192) leaders communautaires au total ont été formés dans les 16 communautés et constituent des relais locaux d’éveil de conscience et de guide des actions communautaires;

  • Des mécanismes de mobilisation de ressources ont été mis en place pour la mise en œuvre des actions des PLD dans 09 localités ;

  • Les infrastructures sociales de base ont été construites dans 09 villages.



  • La structuration permet aux communautés à la base de disposer des interlocuteurs qui ont pris des initiatives d’éveil de conscience, d’organisation de projet ou de négociation de financement avec des acteurs externes;

  • La disponibilité des plans locaux de développement a permis à 75% des communautés accompagnées de négocier des financements auprès des ONG, des structures décentralisées de financement comme les AGAIB (Agences d’Appui aux Initiatives de de Développement), ou auprès de l’Etat, de mobiliser l’apport local exigé dans le cadre des financements obtenus.



  • La prise de conscience par les communautés à la base de leurs besoins de développement et l’existence des capacités et de mécanismes d’organisation internes pose les bases d’un processus de développement endogène et durable;

  • La planification participative mise en œuvre par l’ONG dans le cadre de l’élaboration des plans locaux de développement facilite l’appropriation de la vision du changement par les leaders communautaires et crée la motivation au sein des membres des communautés locales bénéficiaires.


Accompagnement des communautés à la base dans la conception et la mise en œuvre de projets communautaires


Accompagnement des communautés à la base dans la conception et la mise en œuvre de projets communautaires
2011 - 2015Région maritime : Agodokpé, Hihlagbé Batékpo, Tonoukouti .

Régions des
Plateaux, Kpévé : Avétonou, Dzaga, Adakakpé.

  • Six (06) bâtiments de 3 salles de classes + magasin + direction + latrines construits dans 6 communautés ;

  • Huit cent (800) tables bancs offerts à 9 écoles primaires des communautés bénéficiaires ;

  • Trois (03) villages ont été accompagnés dans la mise en place de projets de de centres de promotion de la petite enfance (CPPE).



  • Les activités scolaires sont stabilisées dans les communautés bénéficiaires et ne sont plus perturbées pendant les intempéries;

  • Les taux de scolarisation sont nettement améliorés dans les communautés bénéficiaires de même que les résultats scolaires;

  • Les communautés bénéficiaires disposent d’une organisation sociale qui leur permet de gérer durablement les infrastructures construites et de trouver des solutions aux nouveaux besoins;

  • Diminution de la défécation anarchique aux alentours des écoles;

  • Environ 100 enfants de 02-05ans bénéficiaires chaque année depuis 2008 d’une éducation à bas âge dans les trois communautés bénéficiaires du CPPE;

  • 1200 femmes libérées des charges des enfants de 02-05 ans pris en charge par les CPPE ont accru leur participation aux activités économiques et leurs revenus;

  • Environ 400 enfants ont bénéficié de l’éducation préscolaire dans ces villages.



  • La mise en place de solutions viables pour l’éducation des enfants posent les bases du développement endogène et autocentré et durable des communautés bénéficiaires;

  • L’expérience et la confiance acquises par les communautés bénéficiaires à travers le succès des projets réalisés renforcent leurs capacités et leur motivation à mobiliser des ressources internes et externes pour résoudre leurs problèmes;

  • Le statut de la femme s’est amélioré grâce à une meilleure participation des femmes à la vie économique et sociale;

  • Le goût à l’éducation à bas âge porte le taux de scolarisation au primaire à 100% dans les communautés bénéficiaires;

  • Le leadership féminin s’améliore dans les communautés bénéficiaires par le biais de l’autonomisation financière de la femme.


Actions/objectifsDates et LieuxRésultatsEffets Impacts
Education des populations à leurs droits et à leurs devoirs pour une participation citoyenne et sans violence aux processus électoraux au Togo

  • Commune de Lomé et ses environs en 2013 et 2015;

  • Préfecture de Zio en 2007.



  • 470 leaders communautaires formés sur les droits et devoirs des citoyens et la non-violence en période électorale ;

  • 123.000 personnes dont 97.000 femmes sensibilisées lors des séances publiques.



  • Les actes inciviques ou violences ne sont pas enregistrés avant et après les élections;

  • Les élections présidentielles et législatives organisées de 2007 à 2015 se sont déroulées pacifiquement.



  • Réduction des actes de vandalisme;

  • Consolidation de la paix sociale;

  • Renforcement de la culture de la démocratie dans les communautés cibles.


Education des populations respect des biens publics et des infrastructures urbaines au Togo Quatre (4) Communes :

  • Lomé;

  • Notse;

  • Kpalimé et

  • Atakpamé.

2011 - 2012

  • Neuf cent soixante (960) leaders d’opinions (Chefs quartiers, responsables de CDQ, autorités religieuses, responsables syndicaux) ont été formés;

  • Environ 2 000 000 de personnes ont directement été sensibilisées sur les notions de citoyenneté et le respect des biens publics au Togo.



  • Prise de conscience des populations bénéficiaires des un sens élevé du respect des biens communautaires et publics;

  • Disponibilité des leaders communautaires, syndicaux et religieux formés pour la poursuivre les quartiers, les syndicats et les églises et les médias;

  • Développement d’initiatives spontanées d’opérations quartiers propres, de curage de caniveaux, de nettoyage de rues et des places publiques.



  • Diminution de l’inondation dans les 04 communes;

  • Amélioration de la salubrité publique et du cadre de vie;

  • Amplification de la communication sur le jet d’ordures dans les rues et le remplissage des caniveaux des déchets solides;

  • Appropriation du sujet par des acteurs étatiques et non étatiques.


Education environnementale à la communauté pour une meilleure protection de des écosystèmes du Mont Agou Région des Plateaux
2013 - 2014

  • Dix (10) pépiniéristes formés et accompagnés dans la réalisation des pépinières et dans le reboisement des abords du fleuve Krinigbo ;

  • Trois mille (3000) espèces en disparition sont plantées ;

  • Quatre mille (4000) habitants des communautés riveraines sensibilisés sur la protection de l’écosystème et l’importance du reboisement.



  • 100% des communautés bénéficiaires ont pris conscience des risques environnementaux et la nécessité d’une gestion durable de l’Environnement;

  • Développement des initiatives spontanées de reboisement dans le village Agou Kébo Dalavé et ses communautés voisines;

  • Organisation des communautés riveraines pour la surveillance de l’écosystème de la montagne Agou.



  • Arrêt de la dégradation de l’écosystème de la montagne Agou;

  • Restauration de la végétation des écosystèmes dégradés;

  • Plantation des espèces en voie de disparition dans l’écosystème de la montagne.


Plaidoyer pour un accès équitable aux emplois publics et privés au Togo Les cinq (05) régions du Togo et Lomé commune
2014 - 2015

  • Les capacités de 325 acteurs étatiques et non étatiques impliqués dans les questions de l’emploi renforcées;

  • Les décideurs ont été sensibilisés sur le sujet à travers le document de plaidoyer élaboré à cet effet ;

  • Les populations ont été sensibilisées sur les principes d’équité, d’égalité et de mérite en matière d’accès à l’emploi.



  • 100% des acteurs formés ont pris conscience de la nécessité de promouvoir les principes d’équité, d’égalité et de mérite en matière d’accès aux emplois privés et publics;

  • Le débat sur l’équité et l’égalité des chances des citoyens dans l’accès aux écoles de formation, aux concours d’entrée dans la fonction publique les injustices dans les pratiques de recrutement dans le pays a été lancé;

  • Les débats publics déclenchés sur le sujet sont appropriés par les médias et poursuivis.



  • La culture de l’excellence ;

  • La cohésion sociale ;

  • La loi sur l’accès équitable aux emplois (n’est pas encore prise).


Promotion du volontariat et international au Togo Région Maritime et Lomé commune :
Depuis 2001 pour le volontariat international et depuis 2012 pour le volontariat national

  • 2500 volontaires nationaux encadrés dans des missions de développement depuis 2012 de leur mission dans la région Maritime;

  • 300 volontaires occidentaux mobilisés dans des actions de développement au Togo.



  • Les structures de développement bénéficient d’un appui humain qui augmente leurs capacités d’intervention en faveur des populations ;

  • L’expérience acquise en milieu professionnelle améliore l’employabilité des jeunes engagés dans le volontariat.



  • La quantité et la qualité des actions de réduction de la pauvreté se sont renforcée dans la Région;

  • Au moins 60% des jeunes volontaires accèdent à un emploi décent avant la fin de la durée possible du volontariat en 5ans ;

  • Réduction du chômage;

  • Les jeunes développent les valeurs élevées d’altruisme et de citoyenneté.


Bilan sommaire des réalisations

Dans la théorie de changement de PASYD, il est écrit ce qui suit « Le changement promu se veut durable avec des effets palpables et significatifs sur la vie des bénéficiaires et de leurs communautés. Il est l’effet d’une conjugaison lucide des changements dans les ressources collectives et individuelles des populations et leurs comportements dans l’utilisation de ces ressources ». Cette vision paraît avoir guidé les actions de l’ONG au cours de ses 15 premières années d’existence. Les principales réalisations de l’ONG sont les suivantes :

  • 119 sociétés coopératives ou GIE formés et structurées, soit 1210 membres directement formés;
  • 35 sociétés coopératives ou GIE ont eu accès à un financement bancaire ;
  • 630 jeunes formés sur la création et la gestion des entreprises ;
  • 265 Micro et Petites Entreprises créées ;
  • 30 Plateformes Multifonctionnelles (PTFM) installées et fonctionnelles dans 30 communautés villageoises enclavées ;
  • 180 membres de 30 groupements d’intérêt économique (GIE) dont 110 femmes sont formés sur la gestion opérationnelle et l’entrepreneuriat rural;
  • 16 plans locaux de développement élaborés en appui à 16 communautés villageoises ;
  • 06 kits complets de bâtiments scolaires de 03 classes construits dans 06 villages ;
  • 03 centres de promotion de la petite enfance construits et équipés dans 3 villages ;
  • 800 mobiliers scolaires;
  • 470 leaders communautaires formés sur les droits et devoirs des citoyens et la non-violence en période électorale ;
  • Un processus de plaidoyer engagé sur l’accès équitable aux emplois publics et privés au Togo ;
  • 960 leaders d’opinions ont été formés sur le respect et l’entretien des biens publics ou communautaires ;
  • 10 pépiniéristes formés et accompagnés dans la réalisation des pépinières et dans le reboisement des abords du fleuve Krinigbo;
  • 3000 espèces en disparition sont plantées ;
  • 4000 personnes sensibilisées sur la protection de l’écosystème et l’importance du reboisement ;
  • 2500 volontaires nationaux sont régulièrement suivis et accompagnés dans l’exercice de leur mission dans la région Maritime.

Analyse critique des effets et impacts de l’action de PASYD

Bilan sommaire des réalisations

Dans la théorie de changement de PASYD, il est écrit ce qui suit « Le changement promu se veut durable avec des effets palpables et significatifs sur la vie des bénéficiaires et de leurs communautés. Il est l’effet d’une conjugaison lucide des changements dans les ressources collectives et individuelles des populations et leurs comportements dans l’utilisation de ces ressources ». Cette vision paraît avoir guidé les actions de l’ONG au cours de ses 15 premières années d’existence. Les principales réalisations de l’ONG sont les suivantes :
  • 119 sociétés coopératives ou GIE formés et structurées, soit 1210 membres directement formés;
  • 35 sociétés coopératives ou GIE ont eu accès à un financement bancaire ;
  • 630 jeunes formés sur la création et la gestion des entreprises ;
  • 265 Micro et Petites Entreprises créées ;
  • 30 Plateformes Multifonctionnelles (PTFM) installées et fonctionnelles dans 30 communautés villageoises enclavées ;
  • 180 membres de 30 groupements d’intérêt économique (GIE) dont 110 femmes sont formés sur la gestion opérationnelle et l’entrepreneuriat rural;
  • 16 plans locaux de développement élaborés en appui à 16 communautés villageoises ;
  • 06 kits complets de bâtiments scolaires de 03 classes construits dans 06 villages ;
  • 03 centres de promotion de la petite enfance construits et équipés dans 3 villages ;
  • 800 mobiliers scolaires;
  • 470 leaders communautaires formés sur les droits et devoirs des citoyens et la non-violence en période électorale ;
  • Un processus de plaidoyer engagé sur l’accès équitable aux emplois publics et privés au Togo ;
  • 960 leaders d’opinions ont été formés sur le respect et l’entretien des biens publics ou communautaires ;
  • 10 pépiniéristes formés et accompagnés dans la réalisation des pépinières et dans le reboisement des abords du fleuve Krinigbo;
  • 3000 espèces en disparition sont plantées ;
  • 4000 personnes sensibilisées sur la protection de l’écosystème et l’importance du reboisement ;
  • 2500 volontaires nationaux sont régulièrement suivis et accompagnés dans l’exercice de leur mission dans la région Maritime.